28, octobre 2019

Start up : 5 conseils pour réussir son entretien

Code et mode d’emploi pour réussir l’entretien et à aboutir au recrutement

 

Vous rêvez de rejoindre une équipe jeune, dynamique et innovante ? De relever de nouveaux défis sans les rigidités d’un grand groupe ? De réussir à travailler dans un univers décloisonné, sur le modèle d’un incubateur, accélérateur de start-up ?

Alors vous êtes prêt à trouver votre place dans l’écosystème start-up français. Il est néanmoins indispensable de bien vous préparer pour réussir cette étape professionnelle.

Il est vrai que le dynamisme des start-up est particulièrement attractif. Selon une étude de Business France plus de 691 000 entreprises ont été créées en France en 2018, soit une augmentation de 17 % par rapport à l’année précédente.

Selon Eurostat, la France serait même le 1er pays d’Europe pour la création d’entreprises, devant le Royaume-Uni.

Ce bon chiffre est notamment tiré par le nombre de start-up. On en compte plus de 10 000 dont un tiers en Ile-de-France.
Ce nombre pourrait monter à 13 000 d’ici trois ans (Etude Ey). Mieux encore, les start-up françaises sont en hyper croissance : leur chiffre d’affaires (CA) a augmenté de 33 % en 2016 pour atteindre 5,3 Md€ et 54 % de leurs revenus sont générés à l’étranger.

Et l’image des start-up est excellente : 75 % des Français pensent que les entrepreneurs constituent un modèle pour le reste de la société (Idinvest/Le Figaro, 2017).

Résultat des courses, la France est le pays de l’OCDE où la proportion de la population qui entend créer une start-up dans les trois ans est la plus élevée (Global Entrepreneurship Monitor 2017/2018).

Dans ce contexte foisonnant des start-up, construisez votre parcours avec méthode en suivant nos cinq principaux conseils en deux articles.

Et pour aller plus loin, les coachs Yapuka sauront vous guider pour préparer et réussir vos entretiens.

 

# Conseil 1 : Reussir à parler le même langage que le recruteur : Qu’est-ce qu’une start-up ? Une licorne ? La French Tech ?

 

En rendez-vous, par téléphone, mail ou autre vecteur de communication, vous devez réussir à comprendre et parler le même langage que vos interlocuteurs.
Start-up : s’il n’existe pas de définition officielle, plusieurs définitions convergent.

 

Ni âge, ni taille, ni secteur d’activité, trois conditions sont indispensables pour parler de start-up :

 

-Une forte croissance potentielle,
-Une technologie ou un service innovant,
-Un besoin de financement : près de 90% recherchent des financements et 25 % étaient en recherche active en 2018.

 

Levée de fonds : vous entendez régulièrement des montants astronomiques circuler dans l’écosystème des start-up. La levée de fonds est tout simplement l’acte par lequel une entreprise se finance auprès de personnes autres que des organismes de crédit. Les dirigeants peuvent faire appel à des business Angels (investisseur qui décide de soutenir financièrement une entreprise dont le projet lui paraît être innovant moyennant une prise de participation), ou encore à l’argent des particuliers via des plates-formes Internet dédiées (crowdfunding).

Le montant des fonds levés est croissant d’année en année et 2018 symbolise une nouvelle année record avec au moins 3,644 Mds € levés au cours de 650 deals (source : Eldorado). La plateforme de rendez-vous médicaux Doctolib a levé 150 millions d’euros cette année, celle de mise en relation de photographes et entreprises, Meero, 250 millions d’euros en juin dernier et le site de vente en ligne spécialisé dans le secteur du bricolage et du jardinage ManoMano a réalisé une levée de fonds de 110 millions d’euros.

Mais vous devez être tout à fait réaliste en approchant une start-up pour un entretien d’embauche et savoir que la plupart se finance avec des montants qui peuvent être plus ou moins important.

French tech : c’est un label désignant tous ceux qui travaillent dans ou pour les start-up françaises. Il s’agit bien entendu des entrepreneurs mais également des investisseurs, des corporate, associations, médias, opérateurs publics ou instituts de recherche qui s’engagent pour la croissance des start-up. Le mouvement “French Tech” a considérablement progressé depuis son lancement par le gouvernement français il y a 5 ans.

Licorne : C’est une start-up dont la valorisation est supérieure à 1 milliard de dollars. Avec une croissance fulgurante (chiffre d’affaire doublé chaque année pendant 5 ans pour atteindre 100 millions au bout de 7 ans d’activité), elle peut se permettre de lever plusieurs millions de dollars ou d’euro en un tour de table afin de réussir à continuer son développement. Attention là aussi à ne pas manier à tort et à travers ce terme. Malgré un écosystème dynamique, un réservoir de talents important et de nombreux acteurs de l’accompagnement, la France ne compte aujourd’hui que quelques licornes : BlaBlaCar, OVH, Doctolib, et récemment Meero, sur les 300 à l’échelle mondiale, essentiellement américaines et chinoises.

Incubateur : Les start-up que vous rencontrerez seront peut-être intégrées chez un incubateur c’est-à-dire un organisme d’aide et d’accompagnement des porteurs de projet innovant. A savoir : Si de nombreux incubateurs existent, les porteurs de projets le sont tout autant et les places sont limitées. Les start-up doivent soumettre un dossier et être convaincantes. Ne pas confondre donc incubateur et espace de coworking pour entrepreneurs, parfois les mêmes structures offrent les deux services.

 

# Conseil 2 : Comment réussir à trouver les start-up qui recrutent ?

 

L’écosystème start-up génère à la fois emplois et croissance. Vous devez les identifier. Les Pépites Tech est l’annuaire officiel des start-up de la French Tech dans le monde. Tous les jours, le site présente à sa communauté d’entrepreneurs des produits et services Tech Français.

Tous les secteurs d’activité sont envisageables, tout dépend de votre formation et de vos centres d’intérêts. C’est ce qui doit primer dans votre recherche car les start-up recherchent des profils très opérationnels. Les secteur Biotech, Medtech, Divertissement, Software et Mobilité ressortent souvent comme les plus attractifs du fait des levées de fonds générées, mais vous pouvez voir plus large en fonction de vos compétences.

Consultez aussi les nombreuses plateformes dédiées aux start-up, Startuponly, Azertjob, Welcome to the Jungle, RemixJob.

Ne négligez pas les cabinets de recrutement. Il n’y a pas que pour les entreprises du CAC 40 que ces cabinets travaillent. Ils recherchent aussi des postes à pourvoir pour des start-up. Leur service est gratuit, ce sont les entreprises recruteuses qui les rémunèrent.

Les incubateurs, comme Numa ou Willa (chez qui Yapuka est incubé) sont aussi à démarcher lors de votre recherche d’emploi,  puisqu’ils abritent chacun plusieurs start-up. Regardez aussi du côté de votre école si elle possède un incubateur ou accélérateur, vous serez sans doute très bien accueilli ! Enfin, parcourez tous les événements, Afterworks, conférences, portes ouvertes et salons dédiés aux start-up. Il en existe beaucoup dans toute la France. Le site Widden est très riche en informations et agendas. Les manifestations sont soit généralistes pour les entrepreneurs, comme France Digitale Day, soit spécialisées selon un secteur d’activité, comme par exemple Natexpo pour la Bio, FoodUsetech pour l’alimentation de demain en version techno. Utilisez aussi bien entendu les réseaux sociaux et suivez les comptes Twitter des start-up qui vous intéressent.

 

 

# Conseil 3 :  Quels sont les offres d’emploi en stage, CDI, Alternance ?

 

Les CDI ne sont pas forcément la première porte d’entrée. Si vous êtes jeune diplômé et que vous rêvez d’intégrer une start-up, sachez être souple. Des stages de découverte seront rarement refusés. Ils développent vos connaissance et si un poste se présente dans la start-up vous êtes en bonne place.

Si vous êtes encore en études, le choix de l’alternance en start-up est excellent  pour l’employabilité. Vous vous doterez d’une excellente expérience qui vous apportera beaucoup d’autonomie, d’expertise et de dynamisme et vous rendra plus confiant lors de votre prochain entretien.

Dans tous les cas, même pour stage relativement court, notre conseil est de montrer lors de l’entretien que vous vous intéressez à l’entreprise, ses produits, son fondateur, la concurrence. En entretien vous serez sans doute face au créateur de la start-up ou son équipe rapprochée. Dans une start-up, le stagiaire ou l’alternant doit être quelqu’un sur qui on peut compter et qui saura s’investir.

 

# Conseil 4 : Évitez de vous déconcentrer en entretien

 

Les entrepreneurs ne vont pas obligatoirement attendre de vous retrouver en face à face en entretien pour en savoir plus sur vous. Si vous en rencontrez lors de différentes manifestations, mettez-vous en posture de recrutement. Restez attentif et concentré comme en entretien classique.

Et prudence par rapport à votre discours à l’oral lors de l’entretien.  Si vous n’êtes pas très calé sur un sujet n’hésitez pas à le dire car vous pouvez être en face d’un super expert d’un sujet, technique, marketing ou autre.

Vous l’avez compris, les process de recrutement sont souvent moins formels en start-up. Ne soyez pas surpris si on propose de « passer prendre un café », cela peut se comprendre par « nous recherchons quelqu’un et souhaitons parler de vos motivations et compétences pour un emploi ».

Je vous conseille de préparer deux questions essentielles pour votre entretien  : pourquoi vous avez envie de travailler en start-up ? Aventure collective, rapidité de décision et d’actions, défis quotidiens, innovation. Qu’est-ce que vous pouvez apporter si vous êtes recruté ? Ayez en tête qu’en plus de vos compétences liées à votre formations et expériences, vous aurez sans doute à être touche à tout, les responsabilités n’étant pas forcément précisément délimitées. Souplesse, adaptabilité et curiosité sont des mots à avoir dans votre vocabulaire lors de l’entretien pour réussir à rejoindre une start-up.

 

 

# Conseil 5 : Avoir conscience de la spécificité de l’emploi en start-up.

 

L’enthousiasme généré par l’attractivité des start-up peut cacher certaines réalités qu’il faut connaître. Vous risquez parfois de surestimer la start-up de vos rêves ou de sous-estimer ses risques. Le taux d’échec se situe autour de 70 % des créations. Faire le choix start-up est donc un choix enrichissant et audacieux. Vous allez travailler beaucoup et la rémunération ne sera pas toujours celle que vous attendez. En entretien vous pourrez être challengé sur ce sujet, soyez prêt et assuré.

N’hésitez pas en entretien à poser la question du business model, de l’évolution de l’entreprise.

Intéressez-vous à la genèse de la start-up, au parcours du créateur.

Enfin, il est tout à fait possible que vous soyez recruté pour un emploi dans une start-up  mais qu’au fil des mois il se transforme pour aboutir à un poste bien différent. Le Job Profile est un concept particulièrement évolutif dans le monde des start-up. Voyez cela comme des opportunités d’élargir vos horizons.

Les coachs de yapuka dont des personnes ayant travaillé ou travaillant dans une start-up peuvent vous préparer à l’entretien à l’oral.

 

Agence Concept Éditions

En complément :

Les différentes façons pour préparer vos entretiens

5 astuces pour décrocher des entretiens à la rentrée

5 conseils pour réussir un entretien d’embauche en anglais

Coaching d’entretien d’embauche : nos 5 conseils

Être recontacté Découvrez nos offres

Les données collectées à partir de ce formulaire sont traitées par Lujoba, en sa qualité de responsable de traitement, à des fins de gestion de la relation client. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de verrouillage et de suppression de vos données personnelles, du droit de vous opposer à leur traitement, ainsi que du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données personnelles après votre mort. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à contact@yapuka.org. Pour davantage d’informations, consultez notre Politique sur la protection des données personnelles.url. Vous avez la possibilité de vous opposer à tout démarchage téléphonique en vous inscrivant sur bloctel.gouv.fr. Cette opposition ne vaut cependant pas pour les démarchages effectués en lien avec une relation contractuelle en cours.

Nos partenaires