28, octobre 2019

Intégrer une Start-up partie 1/2

Code et mode d’emploi pour réussir votre recrutement

 

Vous rêvez de rejoindre une équipe jeune, dynamique et innovante ? De relever de nouveaux défis sans les rigidités d’un grand groupe ? De travailler dans un univers décloisonné, sur le modèle d’un incubateur, accélérateur de start-up ?

Alors vous êtes prêt à trouver votre place dans l’écosystème start-up français. Il est néanmoins indispensable de bien vous préparer à cette étape professionnelle.

Il est vrai que le dynamisme des nouvelles entreprises est particulièrement attractif. Selon une étude de Business France plus de 691 000 entreprises ont été créées en France en 2018, soit une augmentation de 17 % par rapport à l’année précédente.

Selon Eurostat, la France serait même le 1er pays d’Europe pour la création d’entreprises, devant le Royaume-Uni.

Ce bon chiffre est notamment tiré par le nombre de startups. On en compte plus de 10 000 dont un tiers en Ile-de-France.
Ce nombre pourrait monter à 13 000 d’ici trois ans (Etude Ey). Mieux encore, les startups françaises sont en hyper croissance : leur chiffre d’affaires (CA) a augmenté de 33 % en 2016 pour atteindre 5,3 Md€ et 54 % de leurs revenus sont générés à l’étranger.

Et leur image est excellente : 75 % des Français pensent que les entrepreneurs constituent un modèle pour le reste de la société (Idinvest/Le Figaro, 2017).

Résultat des courses, la France est le pays de l’OCDE où la proportion de la population qui entend créer une entreprise dans les trois ans est la plus élevée (Global Entrepreneurship Monitor 2017/2018).

Dans ce contexte foisonnant, construisez votre parcours avec méthode en suivant nos cinq principaux conseils en deux articles.

Et pour aller plus loin, les coachs Yapuka sauront vous guider pour assurer vos entretiens.

 

# Conseil 1 : Reussir à parler le même langage que le recruteur : Qu’est-ce qu’une start-up ? Une licorne ? La French Tech ?

 

En rendez-vous, par téléphone, mail ou autre vecteur de communication, vous devez comprendre et parler le même langage que vos interlocuteurs.
Start-up : s’il n’existe pas de définition officielle, plusieurs définitions convergent.

 

Ni âge, ni taille, ni secteur d’activité, trois conditions sont indispensables :

 

-Une forte croissance potentielle,
-Une technologie ou un service innovant,
-Un besoin de financement : près de 90% recherchent des financements et 25 % étaient en recherche active en 2018.

 

Levée de fonds : vous entendez régulièrement des montants astronomiques circuler dans cet écosystème. La levée de fonds est tout simplement l’acte par lequel une entreprise se finance auprès de personnes autres que des organismes de crédit. Les dirigeants peuvent faire appel à des business Angels (investisseur qui décide de soutenir financièrement une entreprise dont le projet lui paraît être innovant moyennant une prise de participation), ou encore à l’argent des particuliers via des plates-formes Internet dédiées (crowdfunding).

Le montant des fonds levés est croissant d’année en année et 2018 symbolise une nouvelle année record avec au moins 3,644 Mds € levés au cours de 650 deals (source : Eldorado). La plateforme de rendez-vous médicaux Doctolib a levé 150 millions d’euros cette année, celle de mise en relation de photographes et entreprises, Meero, 250 millions d’euros en juin dernier et le site de vente en ligne spécialisé dans le secteur du bricolage et du jardinage ManoMano a réalisé une levée de fonds de 110 millions d’euros.

Mais vous devez être tout à fait réaliste en approchant une startup pour un entretien d’embauche et savoir que la plupart se finance avec des montants qui peuvent être plus ou moins important.

French tech : c’est un label désignant tous ceux qui travaillent dans ou pour les startups françaises. Il s’agit bien entendu des entrepreneurs mais également des investisseurs, des corporate, associations, médias, opérateurs publics ou instituts de recherche qui s’engagent pour la croissance des startups. Le mouvement “French Tech” a considérablement progressé depuis son lancement par le gouvernement français il y a 5 ans.

Licorne : C’est une startup dont la valorisation est supérieure à 1 milliard de dollars. Avec une croissance fulgurante (chiffre d’affaire doublé chaque année pendant 5 ans pour atteindre 100 millions au bout de 7 ans d’activité), elle peut se permettre de lever plusieurs millions de dollars ou d’euro en un tour de table afin de continuer son développement. Attention là aussi à ne pas manier à tort et à travers ce terme. Malgré un écosystème dynamique, un réservoir de talents important et de nombreux acteurs de l’accompagnement, la France ne compte aujourd’hui que quelques licornes : BlaBlaCar, OVH, Doctolib, et récemment Meero, sur les 300 à l’échelle mondiale, essentiellement américaines et chinoises.

Incubateur : Les startups que vous rencontrerez seront peut-être intégrées chez un incubateur c’est-à-dire un organisme d’aide et d’accompagnement des porteurs de projet innovant. A savoir : Si de nombreux incubateurs existent, les porteurs de projets le sont tout autant et les places sont limitées. Les startups doivent soumettre un dossier et être convaincantes. Ne pas confondre donc incubateur et espace de cowork pour entrepreneurs, parfois les mêmes structures offrent les deux services.

 

A suivre …

 

Agence Concept Éditions

En complément :  Intégrer une Start-up partie 2/2

Être recontacté Découvrez nos offres

Les données collectées à partir de ce formulaire sont traitées par Lujoba, en sa qualité de responsable de traitement, à des fins de gestion de la relation client. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de verrouillage et de suppression de vos données personnelles, du droit de vous opposer à leur traitement, ainsi que du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données personnelles après votre mort. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à contact@yapuka.org. Pour davantage d’informations, consultez notre Politique sur la protection des données personnelles.url. Vous avez la possibilité de vous opposer à tout démarchage téléphonique en vous inscrivant sur bloctel.gouv.fr. Cette opposition ne vaut cependant pas pour les démarchages effectués en lien avec une relation contractuelle en cours.

Nos partenaires