17, septembre 2020

Le sport et la confiance en soi !

Qu’apporte le sport dans la confiance en soi?

Dès que j’ai un moment de libre, et que le vent le permet, je sors en mer naviguer en solitaire. Alors forcément, quand je me retrouve seule face aux éléments, dans des prévisions météos aléatoires – pour ne pas dire complètement à côté de la plaque – et qu’il n’y a que moi sur qui compter pour me sortir du pétrin, mon estime et ma confiance en moi sont mis à l’épreuve.

Qu’est ce qui fait que le sport booste la confiance en soi ?

Le sport, et la voile en solitaire en particulier, me permet de me pousser hors de ma zone de confort et de développer ma confiance en moi. Chaque sortie en mer est un challenge comme chaque entretien. Les vents, l’état de la mer, ma condition physique et psychologique ne sont jamais les mêmes. Comme en face d’un jury ou d’un futur recruteur, j’apprends à gérer l’incertitude et mon stress. Plus je multiplie les sorties en mer, plus je m’expose à des conditions différentes (pétole, Mistral). De fait, j’apprends à faire face à n’importe quelle situation et je deviens plus adaptable. Cette capacité d’adaptation me permet de développer ma confiance et de gagner en assurance.

Comment construire sa confiance en soi ?

En sport, nous parlons souvent d’objectif. Avoir un objectif à atteindre me permet de savoir où je vais, ce pour quoi je me prépare. Il me permet de donner du sens à ce que je fais et également de rester centrée. Vouloir décrocher un entretien dans tel type d’entreprise, dans tel ou tel secteur, permet d’affiner ses recherches, d’aborder la préparation de sa lettre de motivation avec un vocabulaire pertinent en fonction de la culture d’entreprise ou du métier visé.

L’objectif permet également de nourrir la motivation, la détermination et la confiance d’atteindre son but, de ne pas jeter l’éponge dès la première contrariété. L’objectif permet d’avoir un état d’esprit de « gagnant » et d’être plus facilement sûr de ses propres choix.

Après l’objectif, vient la préparation. J’utilise beaucoup la visualisation pour me préparer aux virements de bord, ou aux changements de voile. La visualisation mentale permet d’appréhender la réussite, et donc de gagner confiance en ses compétences et en sa réussite. Et puis une fois dans le feu de l’action, je lâche prise pour gérer la situation comme elle vient. En mer, il s’agit d’être avec le moment présent, de coller au plus près des conditions environnantes. Comme lors d’un entretien, il ne s’agit pas de réfléchir à ce que j’aurais pu répondre à la question précédente, mais de répondre au mieux – ici et maintenant – à la question que l’on me pose. Une bonne préparation permet de réduire son stress et d’améliorer son estime de soi.

La confiance en soi, c’est aussi accepter de ne pas tout maitriser et de lâcher prise quand il le faut. Je suis responsable de l’objectif que je me fixe, je suis responsable de ma préparation. Et le jour J, je suis responsable de comment je me comporte en entretien, des réponses que je donne. Les questions que l’on me pose, le capital sympathie du jury, les conditions météorologiques – cela ne m’appartient pas. Le sport permet d’apprendre à donner le meilleur de soi-même au bon moment et aussi à faire la part des choses entre ce qui dépend de moi et ce qui ne dépend pas de moi, sans ébranler ma confiance. Le sport permet donc d’apprendre à s’adapter à chaque situation, qu’elle soit maitrisée ou non.

A quoi servent les épreuves, si ce n’est qu’elles entament la confiance en soi ?

Je fais de la voile en solitaire, mais j’oubliais de préciser : je souffre du mal de mer – la cata! Je me souviens d’une expédition en équipage au Groenland où j’étais tellement malade que j’ai été interdite de pont pendant 24 heures. Une des pires choses – si ce n’est la pire chose – qu’un membre d’équipage puisse faire à bord : être un poids pour les autres et ne servir à rien. Qu’à cela ne tienne : mon objectif c’était le Groenland, alors montrer que je peux gérer mes faiblesses. D’un point de vue physique, je me suis mise à manger plus que d’habitude, c’est contre-intuitif pourtant cela aide. D’un point de vue psychologique, j’ai lâché prise. J’ai le mal de mer. Je sais que cela passera, stresser ne fait qu’empirer les choses. Il faut donc apprendre à écouter son corps et à se faire confiance. Il s’agit de surpasses ses émotions, ses peurs, et ses doutes qui font surtout baisser le niveau de confiance en soi.

Les épreuves, les échecs, les entretiens ratés, permettent d’apprendre à gérer nos points faibles, explorer des ressources nouvelles pour surmonter la situation présente. En entretien, j’ai été mise en difficulté avec telle question. Qu’est-ce que j’aurais pu répondre d’autre ? Ce faisant, nous créons de nouvelles connections neuronales, ce qui renforce notre capacité d’adaptation et donc notre confiance en soi. Les épreuves nourrissent alors notre confiance à partir du moment où nous les accueillons et nous les prenons en considération.

La confiance en soi, confiance en la vie ?

La confiance en soi n’est pas figée. Elle fluctue selon les situations. Le sport permet de développer un socle de confiance, de l’ancrer au fur et à mesure des accomplissements réalisés. En tant qu’entraineur Yapuka, je vous accompagne dans la fixation d’un objectif qui a du sens pour vous et qui vous permettra de puiser dans vos propres ressources internes pour vous dépasser et réussir l’objectif que vous vous êtes fixé.

Finalement, la confiance en soi c’est de croire en ses capacités et que le meilleur arrivera . A travers l’accompagnement vous vous préparez à l’entretien et le moment venu vous aurez la capacité de lâcher prise pour faire face à la situation qui s’offre à vous et vous saurez ainsi être présent et donner le meilleur de vous-même.

 

Sarah T.

En complément: 

Comment valoriser mes activités extra-professionnelles en entretien ?

Comment se présenter en 2 minutes à en entretien? Nos conseils de pros

Réussir à affirmer son potentiel en entretien pour parvenir à convaincre le recruteur

 

Être recontacté Découvrez nos offres

Les données collectées à partir de ce formulaire sont traitées par Lujoba, en sa qualité de responsable de traitement, à des fins de gestion de la relation client. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de verrouillage et de suppression de vos données personnelles, du droit de vous opposer à leur traitement, ainsi que du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données personnelles après votre mort. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à contact@yapuka.org. Pour davantage d’informations, consultez notre Politique sur la protection des données personnelles.url. Vous avez la possibilité de vous opposer à tout démarchage téléphonique en vous inscrivant sur bloctel.gouv.fr. Cette opposition ne vaut cependant pas pour les démarchages effectués en lien avec une relation contractuelle en cours.

Nos partenaires