14, octobre 2019

Année de césure: comment la valoriser en entretien de recrutement ?

Une année de césure, vous y pensez mais vous n’osez pas vous lancer par crainte peut-être du retour et de la difficulté de votre réintégration. Ou bien vous en revenez et vous vous mettez à chercher un stage, un job ou un emploi correspondant à votre diplôme.

Dans les deux cas, vous devez vous poser les bonnes questions sur la valorisation de cette expérience qui fait aussi la richesse de votre parcours.

Installée depuis plusieurs années dans les grandes écoles, c’est seulement depuis bientôt deux ans, que l’année de césure est offerte aux bacheliers et étudiants à l’université, quel que soit leur niveau d’études, afin de « favoriser un projet personnel ou professionnel ».

Ce n’est pas nous qui le disons mais le Plan Etudiants qui a été voté à l’Assemblée nationale. Il est bien dit que : « tout étudiant peut, sur sa demande et avec l’accord du président ou directeur de l’établissement dans lequel il est inscrit, suspendre temporairement, pour une durée maximale d’une année universitaire, sa présence dans l’établissement pour exercer d’autres activités ».

Une aubaine ? C’est certain, mais pas question pour vous d’en profiter pour ne rien faire car sinon le retour après cette année sera difficile. Vous pouvez interrompre votre formation pour mener pendant une période de six mois ou un an, une action de bénévolat, effectuer un service civique, conduire un projet associatif ou d’ entrepreneuriat étudiant, ou encore occuper un emploi.

Dans tous les cas, c’est un temps de construction personnelle très qualitatif et aussi formateur qu’une année d’études.

Il s’agit maintenant de défendre et valoriser cette étape importante de votre vie face à un recruteur.

 

 

Conseil 1 : Savoir dire pourquoi je l’ai fait ?

Sachez répondre clairement et simplement à cette question. Une année de césure permet par exemple de confirmer ou d’infirmer son choix d’orientation professionnelle.

Travailler un an dans une entreprise offre en effet l’opportunité d’accéder à des missions beaucoup plus intéressantes, de valider son choix de spécialisation. Cette césure n’est donc pas comparable à des stages.

En résumé, un de vos arguments sera peut-être de dire : c’est pour savoir si j’étais sur la bonne voie, me donner confiance en moi.

L’expérience acquise vous aidera ainsi à identifier vos forces et faiblesses, puis à orienter et à affiner votre choix de spécialisation en dernière année d’études. Plus proactifs dans vos choix, vous vous consacrerez à votre spécialisation avec plus d’intérêt, car vous aurez pu confronter les enseignements théoriques à du vécu sur le terrain.

Enfin, grâce à cette année, vous avez pu vous forger un réseau professionnel dans un secteur d’activité dans lequel vous souhaitez travailler à votre retour. Une de vos motivations est donc le tremplin pour décrocher votre premier emploi.

 

Conseil 2 : Une ouverture, pas un décrochage

Cette année de césure est aussi l’occasion de découvrir de nouveaux horizons et d’acquérir, à coup sûr, de nouvelles compétences. En aucun cas c’est une année sabbatique ou un décrochage dans votre parcours d’études supérieures.

Le meilleur moyen d’en convaincre votre interlocuteur est de lui montrer ce que vous en avez retiré de manière concrète. N’hésitez pas à donner des exemples précis. La césure vise à s’investir dans d’autres domaines que les études afin de pouvoir prendre un certain recul sur votre orientation.

C’est parfait, dites dans quel domaine vous avez travaillé. Comment vous avez trouvé ce job. Quels étaient vos collègues, dans quel environnement culturel vous vous êtes retrouvé.

Insistez sur les missions que l’on vous a confiées et comment vous les avez vécues par rapport à ce que l’on vous a appris lors de vos études. En deux mots : prenez de la hauteur !

 

Conseil 3 : Nouvelle formation, langue

Un grand nombre de projets de césure se déroulent à l’étranger. C’est en effet une occasion idéale de découvrir une nouvelle culture, un nouveau pays, et aussi d’approfondir une langue.

Si vous décidez de vous envolez dans un pays où vous devrez parler anglais toute la journée, vous reviendrez avec un niveau très nettement supérieur à celui du départ.

Et c’est un argument qui pourra être valorisé lors de vos futurs entretiens. La mobilité internationale a le vent en poupe, les stages sont parfois difficiles à trouver, mais si vous êtes motivé, foncez, car c’est un bonus assuré au moins sur le plan linguistique.

Et l’on sait aujourd’hui le poids que cette compétence revêt dans les entreprises.

 

Conseil 4 : Motivation par rapport à votre projet

Même si vous êtes décidé sur votre avenir, l’expérience de la césure viendra apporter de la cohérence à votre projet.

L’immersion totale dans une entreprise permet d’en appréhender les tenants et les aboutissants.

La période étant suffisamment longue, vous avez en principe eu le temps de gérer des projets de début jusqu’à la fin.

Cela vous permet de savoir avec plus de poids si le métier que vous envisagez va vous convenir.

Vous gagnez ainsi en crédibilité face au recruteur car vous avez des exemples à lui donner de vos missions complètes avec vos critères d’appréciation.

Si vous avez pris conscience de vos réelles motivations et savez les justifier, le recruteur de son côté est mis en confiance car il sait que vous pourrez être en adéquation avec le poste qu’il peut vous proposer. C’est gagnant-gagnant !

Ainsi vous avez sans doute un peu plus de chance de moins entendre la fameuse petite phrase qui pique l’oreille « Vous n’avez pas assez d’expérience professionnelle ».

Votre année de césure est l’occasion idéale d’étayer votre CV. Vous pouvez jouer la carte de l’expérience professionnelle en lien direct avec votre formation et votre future recherche pour avoir un atout direct pour les recruteurs.

Ou bien opter pour celle de la découverte, de l’enrichissement dans d’autres secteurs, d’autres univers.

Atout indirect dans ce cas, mais dans tous les cas les employeurs font le choix de l’expérience qu’elle soit personnelle ou professionnelle. Alors pas de regret.

Conseil 5 : Autonomie et maturité  

Une chose est sûre. En vous éloignant de votre rythme habituel, de votre cercle familial et vos amis, vous vous engagez dans l’inconnu et sortez de votre zone de confort.

Pas facile au début. Mais il en ressort toujours une plus grande responsabilité, une autonomie dans la vie, une meilleure gestion de son quotidien. Cela s’appelle de la maturité.

Vous pourrez valoriser cet acquis en donnant des exemples : « vous avez découvert des modes de vie différents qui vous ont ouvert les yeux sur le monde en vous aidant à mieux appréhender le vôtre », « vous avez su gérer des difficultés sans paniquer », « vous avez moins peur des problèmes qui peuvent survenir, vous les anticiper ou les surmonter avec plus de sérénité ».

Sur le plan professionnel aussi cette année de césure apporte une plus grande maturité. Tout d’abord, il vous aura fallu vous habituer au rythme de vie différent entre vie active et vie étudiante.

L’immersion dans l’entreprise, ses métiers mais aussi ses rouages, vous donne une meilleure appréhension du fonctionnement du monde du travail, que ce soit l’importance de la culture d’entreprise, du travail en équipe, de l’équilibre travail-vie privée.

Grâce à cette expérience longue, bien plus que les stages habituels, vous aurez appris à mesurer le contenu à la fois concret et stratégique des missions qui vous auront été confiées.

 

En conclusion, si vous êtes en réflexion sur le projet d’année de césure, sur le départ ou au retour, vous voici armé pour préparer vos prochains entretiens de recrutement ou pour poursuivre vos études en valorisant vos acquis de ces douze mois hors norme.

N’oubliez pas les derniers conseils pour la route : la maturité et la confiance en vous que vous avez gagné dans cette expérience vous fortifiera dans vos prochains résultats académiques si vous désirez poursuivre dans cette voie.

Si vous chercher un emploi, cette expérience pourra augmenter votre employabilité et votre satisfaction professionnelle car vous saurez pourquoi vous optez pour tel ou tel job.

Cette détermination vous apportera beaucoup plus de sérénité au démarrage de votre vie professionnelle.

Enfin, si vous partez ou êtes parti à l’étranger, vous en reviendrez en général plus ouvert sur le monde.

Être citoyen du monde, c’est aussi une belle compétence, vous ne trouvez pas ?

 

Agence Concept Édition 

 

En complément :  La nécessité d’effectuer un stage à l’étranger

 

Être recontacté Découvrez nos offres

Les données collectées à partir de ce formulaire sont traitées par Lujoba, en sa qualité de responsable de traitement, à des fins de gestion de la relation client. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de verrouillage et de suppression de vos données personnelles, du droit de vous opposer à leur traitement, ainsi que du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données personnelles après votre mort. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à contact@yapuka.org. Pour davantage d’informations, consultez notre Politique sur la protection des données personnelles.url. Vous avez la possibilité de vous opposer à tout démarchage téléphonique en vous inscrivant sur bloctel.gouv.fr. Cette opposition ne vaut cependant pas pour les démarchages effectués en lien avec une relation contractuelle en cours.

Nos partenaires