30, décembre 2019

5 conseils pour réussir son entretien avec un chasseur de têtes

On distingue deux principaux circuits d’accès à l’emploi : le plus courant est l’approche de l’entreprise par le candidat par une candidature spontanée ou la réponse à une offre d’emploi. L’autre circuit s’effectue en sens inverse : le recruteur approche directement un candidat identifié pour répondre à ses besoins. Pour cela, il fait appel à un cabinet de chasseurs de têtes. Ce métier spécifique consiste à aller débaucher des personnes qui n’ont parfois même pas émis le désir de quitter leur emploi actuel. Pour les candidats, il peut donc être précieux de connaître les méthodes appliquées par ces recruteurs pas tout à fait comme les autres. Et comme il est toujours flatteur d’être sollicité en approche directe, sachez vous préparer pour réussir ces entretiens !

 

Les étapes de recrutement

 

Le chasseur de têtes va commencer par mener un travail d’identification de candidats potentiels. Pour cela, il va utiliser tous les moyens à sa disposition (réseau personnel, réseaux sociaux professionnels, annuaires d’anciens de grandes écoles, personnes qui occupent le poste qui l’intéresse…). Parfois même, il publie en parallèle une annonce afin d’offrir de la visibilité à tous les candidats potentiels. Inutile donc de préciser que pour être chassé, il faut être visible ! Pour cela, actualisez régulièrement votre profil sur les réseaux sociaux, écrivez dans des blogs de votre discipline, participez à des conférences, assurez des formations, et pour les plus expérimentez répondez aux sollicitations des journalistes.

Le chasseur de têtes va donc « pister » le bon candidat sans attendre qu’il se manifeste lui-même.

 

L’importance de réussir l’entretien au téléphone

 

Les chasseurs de têtes abordent généralement les candidats par téléphone, sur leur lieu de travail. Ils sont bien conscients que vous n’attendez pas leur appel et que vous pouvez ne pas être à l’aise pour répondre. Pour autant, nous vous conseillons de prendre l’appel et de réserver un bon accueil au consultant : ne vous fermez pas une porte, même si vous n’êtes pas, a priori, à la recherche d’un nouveau poste. C’est la première étape d’oral que vous devez bien réussir.

Si la situation est inconfortable pour parler clairement, reportez la discussion afin de vous isoler dans un endroit où vous pourrez vous concentrer sur ceux du recruteur.

Ne culpabilisez pas non plus en croyant trahir votre actuel employeur. Pour un cadre, Il est normal de se montrer ouvert aux opportunités, même si vous êtes aujourd’hui satisfait/e de votre poste.

Ce premier contact étant important, il ne faut pas hésiter à planifier immédiatement un rendez-vous pour pouvoir parler librement à votre interlocuteur.

 

Comment réussir à aller plus loin

 

Lors de ce premier contact, le consultant va tenter de valider un certain nombre d’informations sur votre profil : les caractéristiques de votre poste, le nombre de personnes que vous encadrez, le chiffre d’affaires que vous couvrez, vos compétences, votre éventuelle mobilité, etc. Avant de valider votre candidature, certains chasseurs vous interrogeront aussi sur votre projet professionnel à court ou moyen terme. Il est également possible que la question de la rémunération soit abordée. À ce sujet, il est préférable de ne pas mentir. Jouez la transparence ! Il arrive que les recruteurs demandent les bulletins de salaire. En outre, ils recherchent des candidats fiables à présenter aux entreprises qui sont leurs clients. Mieux vaut donc donner votre véritable fourchette de rémunération, quitte à préciser vos prétentions par la suite.

 

Un rapport de force équilibré dans le recrutement par approche directe

 

De votre côté, tâchez d’obtenir des éléments concrets sur le poste pour lequel on vous contacte pour savoir s’il peut correspondre à une avancée pour vous. Renseignez-vous sur les responsabilités, la taille de la société, les défis à relever, le niveau de rémunération, l’organisation hiérarchique à laquelle vous serez attaché/e, etc. Souvenez-vous bien que lors de cette approche directe — et contrairement à une démarche de recrutement classique — le rapport de force est équilibré entre les deux parties.

 

Se constituer un réseau d’employabilité

 

Ce premier coup de fil ne débouchera pas forcément sur un rendez-vous. Mais peut-être serez-vous rappelé/e et vous aurez déjà en mains tous les éléments pour décider de poursuivre le processus. En revanche, si vous n’êtes pas intéressé/e, transmettez rapidement votre position et n’hésitez pas à recommander d’autres personnes de votre entourage. Le chasseur appréciera qu’un candidat cherche à lui rendre service et c’est une façon d’inscrire une relation dans la durée. Car il est préférable de construire son réseau auprès des chasseurs de têtes ! Donc, veillez à ne pas perdre le contact. Il est recommandé de donner de ses nouvelles au moins une fois tous les deux ans, durée au bout de laquelle les cabinets doivent nettoyer leur base de données.

 

Vous obtenez un entretien en face à face

 

Vous intégrez le processus de sélection ! C’est l’occasion d’entrer dans les détails du poste et de valider votre motivation. Pour que l’entrevue soit efficace, préparez-la comme tout entretien. Pas de surprise sur le niveau d’exigence et les modes d’évaluation du candidat, semblables à tout recrutement, si ce n’est qu’en début d’échange, l’accent est mis sur la confidentialité des informations échangées. Vous aurez aussi à convaincre le chasseur de têtes que vous êtes dans le top 5 des candidats à présenter à l’entreprise. Misez sur vos compétences techniques mais aussi sur vos qualités personnelles et ce que vous pourrez apporter à l’entreprise : un savoir-être précieux pour conduire un projet, développer un business, manager une équipe, définir une stratégie.

Ne vous laissez jamais griser par la démarche du recruteur, certes flatteuse pour votre ego, qu’il faut dépasser si l’on veut mener à bien, et avec lucidité, le recrutement. Sachez qu’un spécialiste du coaching Yapuka peut vous aider à réussir cette première étape du recrutement.

Un dernier conseil, enfin : en interne, évitez de vous vanter d’avoir été approché… certains cabinets peuvent chasser plusieurs personnes dans la même société. Restez discret/e. Et évitez également d’utiliser cette démarche pour appuyer une demande d’augmentation de salaire ou d’évolution. Votre employeur actuel risquerait de ne plus miser sur vous sachant dès lors que vous êtes prêt à le quitter.

 

Agence Concept Éditions

 

 

En complément :

Réussir son entretien téléphonique

Quelles sont vos qualités et vos défauts ? Comment répondre à cette question en entretien

 

Être recontacté Découvrez nos offres

Les données collectées à partir de ce formulaire sont traitées par Lujoba, en sa qualité de responsable de traitement, à des fins de gestion de la relation client. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978, modifiée, vous disposez d'un droit d'accès, de rectification, de verrouillage et de suppression de vos données personnelles, du droit de vous opposer à leur traitement, ainsi que du droit de définir des directives relatives à la conservation, à l'effacement et à la communication de vos données personnelles après votre mort. Vous pouvez exercer ces droits en écrivant à contact@yapuka.org. Pour davantage d’informations, consultez notre Politique sur la protection des données personnelles.url. Vous avez la possibilité de vous opposer à tout démarchage téléphonique en vous inscrivant sur bloctel.gouv.fr. Cette opposition ne vaut cependant pas pour les démarchages effectués en lien avec une relation contractuelle en cours.

Nos partenaires